Centré sur Dieu!

Ann L Beaulieu, Blogueuse, auteure et conférencière. Déterminée, expressive, colorée et persévérante dans la foi à cause de Dieu!


2 Commentaires

La souffrance et mon {mot} – Suffering and my one {Word}

La souffrance et mon {mot}

AmitieDTSS_Mots

Si vous suivez mon blogue, vous savez donc que mon mot pour l’année 2015 est {Mot}! Malgré que cela puisse sembler peu créatif pour quelques-unes, laissez-moi vous dire qu’il a été très constructif dans ma vie à ce jour. Notre Dieu a su très bien s’en servir pour m’enseigner de grande leçon avec ces petits mots construits que de trois lettres. Les mots sont mis ensemble pour formuler des phrases et c’est ça le sens de mon {mot}! Car sans les autres mots, {mot} par lui-même n’a aucune influence, n’est-ce pas?

Comme mentionnée dans mon blogue précédent, j’ai été très atteinte dans les derniers mois par la douleur. Beaucoup de rendez-vous chez des spécialistes en douleur chronique et de la douleur intense sans contredit bien longtemps… cela a été extrêmement pénible, difficile et parfois insupportable jusqu’à tout récemment où nous avons réussi à diminuer ma douleur chronique! Si vous ne connaissez pas la douleur à ce point, il vous sera probablement difficile de comprendre ce qui suit.

Il y a environ trois semaines, l’Esprit Saint m’a convaincue que j’avais péché envers mon cher mari, pas toujours, mais souvent dans les mois précédents. Dans une période de douleur extrême, j’ai abusé verbalement de lui et parfois même avec un ton de voix agressif. J’étais très impatiente lorsqu’il me demandait quelque chose ou qu’il ne subvenait pas à mes désirs immédiats ou ne coopérait pas avec moi! Je ne supportais pas grand-chose, ne m’endurant plus moi-même!!! La douleur étant devenue insupportable, elle avait pris le dessus sur moi, émotionnellement et surtout spirituellement. Ce qui est loin d’être ce que je suis dans la réalité, si vous pouvez croire cela. Ha ha ha!

Un jour, j’ai levé les yeux et j’ai vu ma plaquette avec mes mots écrits, « LES MOTS »! J’ai versé bien des larmes et j’ai crié à Dieu pour son pardon et sa miséricorde, ce qu’Il m’a accordé évidemment. Merci mon Dieu et Amen! Je savais que d’être en grande douleur n’était pas une excuse pour me permettre de verser sur mon tendre époux toute ma frustration, colère, et manque de contrôle. La Parole de Dieu nous enseigne à plusieurs endroits l’importance de maîtriser sa langue et elle est claire sur les commandements de Dieu. En plus, Il nous équipe par son Esprit pour relever le défi. Je ne faisais que vivre le mensonge que l’ennemi avait réussi à me faire croire dans ma souffrance et j’avais laissé mes émotions prendre tout le contrôle de ma vie. Celui qui vit en nous est plus puissant que le mensonge qu’on voulait me faire croire! C’est ce que l’Esprit m’a rappelé ce jour-là. Voilà la puissance des Écritures.

Je peux affirmer avec certitude que c’est extrêmement difficile de nous contrôler, et je dirais même que c’est impossible à certains moments ! Du moins, c’est ce que j’en déduis. J’avais besoin du pouvoir de la croix, de mon Sauveur, de son Esprit qui travaille en moi et ces bienfaits. Laissée à moi-même, j’étais une femme qui faisait plus de mal avec les {mots} et à celui que j’aime le plus, mon doux mari!

Oui, la douleur chronique c’est difficile, douloureux et ça gruge toute l’énergie. Par contre, Dieu, notre papa céleste, Jésus, lui qui donne la vie, nous aide à plier le genou devant Lui pour demander Sa grâce et son courage, pour nous aider quand ça fait mal et que nous blessons les gens qu’on aime le plus avec nos mots. Il lèvera nos yeux pour voir plus loin, plus haut que la douleur et ainsi nous pourrons le louer malgré tout ce que nous vivions puisqu’Il sera juste à nos côtés. TES côtés!

J’avais besoin de demander pardon à mon mari, ce qu’il a gracieusement accepté. C’est un homme qui comprend ma situation et souffre de me voir ainsi.

Ce fut une leçon difficile à apprendre, considérant le fait que j’ai blessé l’homme de ma vie. Par contre, je suis reconnaissante pour cette leçon de vie parce qu’encore une fois je vois et sais que Dieu ne permet rien dans nos vies qui ne soient pas des moments d’enseignement. Cela dépend souvent de notre attitude, à savoir si nous voulons être enseignables ou vivre de la rébellion. Je confesse que j’ai vécu des moments humiliants dans cette période de bien des façons, mais cela fut bon pour moi. Quoique je sois contente maintenant de regarder vers l’avant et de finalement vivre un peu de soulagement (physique). À la question, pourquoi Dieu permet-il ces grandes douleurs dans nos vies? Je commence à voir les bienfaits et quelques petites raisons. Bien sûr, ils servent à Le glorifier et à magnifier son Nom lorsqu’on enlève nos yeux sur nous-mêmes et nous les levons vers Lui.

Souffrir pour la gloire de Dieu c’est beau lorsque nous gardons la perspective céleste. Par contre, lorsqu’on perd de vue sa magnificence et qu’on regarde à travers nos yeux d’humain et de pécheurs fragiles, nous n’avons plus l’espoir Éternel céleste. La souffrance chronique peut faire cela temporairement, mais Dieu n’abandonne jamais sa bien-aimée. Il peut parfois permettre qu’elle passe à travers des temps difficiles pour grandir dans la souffrance, pourtant il est là à ses côtés. De ce fait, il est certain que tout est bien, car Son plan est toujours parfait.

Amen! Croyez-le…

Ann L Beaulieu

AmitieDTSS_Words

Suffering and my one {Word}

If you’re a usual reader of my blog, you know that my word of the year for 2015 is {Word}! Even though it may not seem too creative for some, let me tell you that it has been very constructive so far in my life, and the Lord has had His way in teaching me great lessons from this small four letter word, powerless word by itself. The thing is that it is rarely left by itself, right? Words are put together to make sentences and that’s what my {word} is about. The influence {words} have when put together.

As mentioned on my last blog, I have been very ill these past months: many visits to many specialists than have been very painful for way too long…it’s been extremely hard and nothing was able, until very recently, to releave my chronic pain. If you don’t know what chronic pain is, it might be difficult to understand where I’m coming from.

Nonetheless, about three weeks ago the Holy Spirit convicted me of my sin against my dear husband. Not always but very often. This because I was so much in pain that I had become verbally aggressive towards him, I was extremely impatient and unkind when he would ask me something or when he wouldn’t cooperate with me. I wasn’t capable of supporting much (including myself)…the pain was taking over me, emotionally and spiritually. Which is far from who I am usually, if you can believe that. Ha ha ha

What happened is that one day I just lifted my eyes and saw my wooden letters, before me in French, “LES MOTS”! I cried out to God for His mercy and forgiveness, which of course He graciously did give me. Praise God and Amen! I knew that even though I was in great pain, that was not a reason to just permit myself to lose complete control over all the Lord’s commandments and ways that are so clear in His word. So many Bible verses teach us to control our mouths by the Spirit who lives in us, because He who lives in us is far more powerful than the one who would have us believe otherwise. Living the lie as I was living it at that moment in my pain. Giving complete control to my emotions and suffering.

Oh! Yes I know very personally that it is extremely hard and almost impossible to control ourselves, and I would add it is impossible to control ourselves! At least that’s what I found out. I needed the power of the cross, my Savior, His Spirit to work wonders in me, because left to myself I was living a disaster and hurting the one I love the most. My hubby!

Yes, chronic suffering is hard, painful, and it sucks the life out of you. But God, the living spirit, Jesus, can and does give you the power to kneel down and beg for His grace and courage that helps you not to hurt those that love you the most with those nasty {words}, and to lift up your eyes to see beyond your pain and praise Him despite all you’re going through, because He is there right beside YOU.

I needed to ask my husband for his forgiveness, which he graciously gave. He is a loving husband and so understanding of my situation. As he often tells me, he hurts seeing me in pain.

It was a hard lesson to learn, especially since I hurt the man that I love. Yet I am grateful for this lesson in my life, because once again I see and know that God never ever lets anything pass in our life that isn’t a teaching moment, if we are children willing to be taught by our Father. I confess that this was a humbling moment in my life, painful in many ways. Although I am happy to be looking upwards and finally seeing some relief (physically). I am now able to see rewards and bits of pieces of why God permits those hardships in ours lives. They do serve to glorify Him and magnify His Holy name when we take our eyes off ourselves and lift them up.

Suffering for the glory of our God is beauty when held in perspective; but it loses all its magnitude when looked through the eyes of a fragile human being who has no hope in Eternal future. Suffering chronically can do that temporarily but God never abandons his beloved children. He sometimes permits them to grow stronger amidst the suffering, and stands beside them making certain all is right because His plan is ALWAYS perfect. Amen!

Believe it…

Ann L Beaulieu

Publicités

Faire du ménage cérébral! Cerebral cleaning up!

3 Commentaires

 

 

Ann B.Photojpg

 

Dernièrement, j’ai dû prendre un temps spécial à part avec mon Dieu pour régler des choses dans ma vie, mon cœur et ma tête. Il y avait, disons certains éléments qui n’allaient pas. J’avais besoin de faire un genre de ménage dans mon cerveau! Oui, je suis comme ça lorsque je n’arrive plus à me comprendre ou comprendre mes réactions… ouf! À ce moment-là, je reconnais les signes vitaux dans ma vie qui sont en carences spirituelles. Je me suis donc mise dans la prière à chercher auprès de mon Dieu ce qui n’allait pas dans ma vie… Il ne m’a pas fallu prier trop longtemps avant que Dieu me réponde!

J’ai vite compris le pourquoi de tout ce dilemme dans mon être et le besoin urgent de faire du ménage dans mon cerveau. La repentance étant de mise, il va sans dire. Les résultats de mon éloignement, non pas de Dieu, mais de mes priorités se sont fait sentir immédiatement dans ma vie. C’est fou comme on peut servir Dieu, et en même temps nous éloigner du fait de prendre du temps personnel avec LUI! Oui, vous avez bien lu. Et j’ajouterai que c’est très subtil et facile. Car nous étudions pour préparer des choses pour enseigner, pour encourager ou pour servir. Et dans mon cas, j’ajouterais pour l’écriture. Mais cela n’est pas la même chose que lorsqu’on le fait pour soi-même. Toutes ces choses sont bonnes et utiles, mais elles ne doivent en aucun cas remplacer mon temps avec Dieu.

Mon {MOT} pour l’année était et est encore {consécration}. Il semble que je l’avais mis de côté ce beau {mot}… hum! Dieu a ramené ce mot à mon esprit pour parler à mon cœur et ainsi me convaincre de péché. Cela a visé droit au but.

Aussitôt que je me suis repentie et confessée au Seigneur, j’ai reçu la paix. Plus de fardeaux sur mes épaules qui m’écrasaient comme auparavant. Quelle joie de me retrouver libre pour servir, pour aimer mon Dieu et par grâce lui {consacrer} ma vie davantage!

Par contre, je dois vous confesser que dans ce temps avec mon Dieu j’ai eu un petit épisode de dialogue personnel avec moi-même. Oui, oui je fais ça aussi!!! Je sais, je suis comme ça. Hé hé hé. Voilà, je suis tombée dans le dilemme en me cherchant des excuses… Bla-bla-bla! Du genre ce n’est pas de ma faute et en fait j’étudie en même temps… Etc. Et après avoir été convaincue de péché, je me suis laissé prendre aux pièges d’avoir de la difficulté à me pardonner.

Hein… quoi??? Là, j’ai vraiment dû lutter pour ramener mes pensées captives à ce que la Parole de Dieu nous dit dans Philippiens 4-8 :

«Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louanges, soit l’objet de vos pensées  

La Bible ne nous enseigne pas que nous devons apprendre à nous pardonner, ceci est ce qu’on appelle de l’humanisme. Mais comme beaucoup d’entre vous, j’ai adhéré à ce genre de pensée sans même m’en rendre compte. Voyez-vous, si Dieu m’a pardonné, pourquoi devrais-je me pardonner? J’ai à accepter le pardon de Dieu avec grâce, Il a tout accompli pour moi. Ce que j’ai besoin de comprendre encore une fois, c’est la réalité de l’œuvre de la croix… oui encore une fois même dans cette situation, j’ai voulu tourner vers moi en quelque sorte la situation. C’est très subtil, me direz-vous, mais c’est tout de même cela qui se produit. Je tourne les regards sur moi au lieu de regarder à ce que Christ m’offre. Son pardon gratuit par grâce.

Malgré le fait que je n’ai pas été à la hauteur de ce que je m’étais fixé moi-même, ce fut une belle leçon de consécration que j’espère ne pas oublier.

Suis-je surprise de ne pas être à la hauteur? Non! Voilà la nécessité d’un Sauveur!

Suis-je contente d’avoir Jésus-Christ comme Sauveur pour me pardonner? OH oui!

Amen, et merci Seigneur

Ann L Beaulieu

 

Photo Ann Beaulieu

Lately I had to take some special time apart with God to deal with certain  issues  in my life, my heart and my head. Lets say that certain things weren’t going well. I needed to do some cleaning-up in my mind (brain).  Yes, I’m like that when I can’t understand myself anymore or understand my own reactions… awe! In those moments I can very well identify the vital signs in my life that are spiritually deficient.  I therefore placed myself under prayer to search before God what was going on in my life that was wrong… I need not pray long before God answered!

I understood quite rapidly why this entire dilemma in my being, and the urgent need to do a clean up in my cerebral. Repentance was needed, that goes without saying. The results of my straying away, not from God, but from my priorities where being felt right away in my life. Its crazy how we can serve God, and, at the same time stray away from taking our personal time with Him! Yes, you read right. And I would add that it is very subtle and easy. We study to prepare things to teach, to encourage or serve. And in my case I would add, writing. Yet that is not the same thing as taking personal time with the Lord. All these things are good and helpful, but they must never replace our quiet and personal time with God.

My {word} for the year was and still is {consecration}. It seems that I had placed it aside this nice {word} … hum! God brought it back to my spirit to speak to my heart and mind and convict me of sin. That aimed straight to the target.

Immediately after repenting and confessing to the Lord, I received peace. No more burdens on my shoulders that were bringing me down like before. What joy to be free to serve, to love my God and by grace {consecrate} my life even more to him!

Although, I must confess to you that during this time with God I had a little episode, kind of dialoging with myself. Yes, Yes I also do that!!! I know, I’m like that. Ha ha ha.  There you go, I fell into this dilemma of self-talk of trying to find excuses… bla bla bla! Sort of like, it’s not my fault, I am studying at the same time anyways, two for one… Etc.  And after having been convicted of sin I was caught up in a mind trap of having difficulty of forgiving myself.

Ah…what? Here I really had to fight to bring back my thoughts captive to what the Word of God says in Philippians 4:8:

Finally, brothers, whatever is true, whatever is honorable, whatever is just, whatever is pure, whatever is lovely, whatever is commendable, if there is any excellence, if there is anything worthy of praise, think about these things.

The Bible does not teach us that we need to learn to forgive ourselves; this is what we call humanist thinking. Like most of you, I also, sometimes adhere to that mind thinking without realizing it. You see if God has forgiven me, why should I forgive myself? I need only accept God’s pardon with his grace; He has accomplished everything for me.  Once again what I need to understand, is the reality of the cross…Yes, once again even in this situation in some sort of way I wanted to turn things toward me.  You might tell me that it’s very subtle, but nonetheless, that is what was going on.  I was turning the focus on me rather than on what Christ is offering me. His forgiveness, free, by grace alone! 

Despite the fact that I did not measure up to my own standards that I had set for myself, this was a great lesson of consecration that I hope I will not forget.

Am I surprised that I don’t measure up to the standards? No! That’s why the necessity of a Savior!

Am I happy that I have Jesus Christ as my Savior to forgive me? Oh yes!

Amen, and thank you Lord

Ann L Beaulieu

 

 

Le {mot}… les effets se font ressentir déjà!

3 Commentaires

Eh bien! Cela n’a pas tardé pour que les effets se fassent ressentir dans ma petite vie au quotidien, comme le titre de mon blogue le dit si bien. Bon, je m’explique. Mais, de toute évidence, il serait préférable que vous lisiez le blogue sur {le mot}   —   pour mieux comprendre ce qui suit.

Comme la majorité d’entre vous le sait, mon mot pour l’année est {Consécration}. Plus le temps avance, plus je découvre dans sa Parole et la prière que ce beau mot que Dieu a déposé sur mon cœur n’est pas aussi simple qu’il en a l’air. Sa simplicité, sa finesse et, je dirais même, son attirance qui me réjouissait tant au début, commencent à prendre dans ma petite tête un autre sens complètement différent. Mais attention, ce n’est pas péjoratif, bien au contraire, je crois que d’ici la fin de l’année, je vais goûter au vrai sens de ce mot  {Consécration}.

Lorsque je priais un matin et que j’écrivais à Dieu mon impatience dans l’attente de réponse envers deux situations particulières… je devais évidemment me reposer dans la souveraineté de Dieu. J’avais fait ce que je devais faire, il ne me restait qu’à attendre patiemment l’œuvre de Dieu. Mais, oh! Combien ce n’était pas facile pour moi! Avez-vous remarqué comment Dieu nous place souvent dans des circonstances, situations ou relation justement pour voir comment notre théologie se traduira en action? Hum…! Pas toujours facile.

Ce matin-là, en écrivant ma prière, j’ai réalisé que Dieu permettait cette situation d’attente dans ma vie pour bien des raisons…. Une entre autres dont j’ai vite pris conscience, c’est le lien avec mon  {Consécration}!

Oui, plus j’écrivais à Dieu dans mon journal de prière, plus je comprenais ce que Dieu voulait m’enseigner ce matin-là, dans la {Consécration}

Si je me dis  {consacrée} à Dieu et engagée dans ma relation avec Lui, je devrais en principe :

  • Lui faire confiance et m’abandonner totalement à Lui.
  • déposer mes fardeaux à Ses pieds,
  • ne pas m’inquiéter.

Car selon John MacArthur, l’inquiétude et les soucis révèlent un manque de sagesse, envers la souveraineté ou la puissance de Dieu. Ouch… C’est dur, mais très vrai!

–       Je lis la Parole de Dieu, je la connais, je sais ce que Dieu dit et surtout je connais mon Dieu; en théorie, mais dans la vie, au quotidien, qu’en est-il?

Je me suis mise à réfléchir et j’ai réalisé à ce moment-là que dans le fond de mon cœur, le problème initial était que j’aurais bien voulu contrôler la situation ; prendre les choses en main pour aider Dieu un peu, quoi. Mon désir était fort, et la réponse de Dieu tardait à venir. Donc, rester {Consacré}, c’est plutôt difficile… et c’est là que la théologie biblique prend son vrai sens dans ma vie.

« OH! C’est un beau mot Seigneur, je l’aime, mais je l’aime encore plus en action. J’ai besoin de le VIVRE au quotidien, le respirer, l’appliquer. Ce n’est pas facile Seigneur. Ce n’est pas du tout ce que je m’imaginais! Oui, j’ai besoin d’apprendre à arrêter et à te laisser agir pour mieux être consacré, Seigneur. Enseigne-moi, oh Dieu, comment le vivre, enseigne-moi… Arrêter, c’est ça que je dois faire Seigneur, arrêter et te faire confiance dans ma { Consécration }.  Merci! »

arrêt

«Arrêtez, et sachez que je suis Dieu :

Je domine sur les nations, Je domine sur la terre.»

                                                                                                                                                                                                                           Psaumes 46 : 11

J’apprends, chers frères et sœurs, j’apprends. {Consécration}, mon mot pour l’année, m’amène déjà sur un très beau parcours de bénédictions et de croissance spirituelle. Je ne peux donc que louer Dieu et continuer d’apprendre dans Ses voies…

{Consacré}

Ann L Beaulieu