Centré sur Dieu!

Ann L Beaulieu, Blogueuse, auteure et conférencière. Déterminée, expressive, colorée et persévérante dans la foi à cause de Dieu!

Une rétrospective de l’année sur ma santé!

Poster un commentaire

 

Euh… je ne m’étais pas rendu compte à quel point ça faisait longtemps que je n’avais pas écrit sur le blogue! Il va sans dire que je n’ai pas écrit beaucoup cette année!

Par contre, je peux vous dire que ce n’est pas par manque de désir. J’ai eu ma capsulite qui n’est pas encore tout à fait guérie qui m’a beaucoup empêchée d’écrire. Il y a aussi mes occupations avec mon nouveau business. De plus, je suis sollicitée par des gens pour les accompagner dans leur alimentation. Ce qui me rend très contente de pouvoir aider! Tout ceci parce que je parle de Paléo AIP sur une de mes pages Facebook nommé Bien-être, équilibre et beauté avec Anne.

Je ne sais pas si vous vous rappelez en début de l’année de ce blogue ici. Je vous parle de mon mot de l’année {persévérance}.

L’année 2017 s’achève et je suis remplie de reconnaissance, car Dieu m’a vraiment accordé au-delà {persévérance} comme lui seul peut le faire. Je peux vous dire qu’autant les années 2014 à 2016 ont été des années extrêmement pénibles où j’ai vécu de grandes épreuves dans ma vie de souffrance, cette année j’ai goûté la joie dans la {persévérance}.

Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance.

Romains 5 : 3 — 4

Je savais que le Seigneur avait déposé ce mot sur mon cœur pour une raison particulière, mais comme bien des choses dans nos vies, j’ai marché par la foi et Dieu m’a rapidement dévoilé les endroits où Il voulait travailler ma persévérance.

À la suite d’un diagnostic final d’un de mes spécialistes, j’ai été très découragée à la fin du mois de novembre et tout le mois de décembre 2016. Je croyais ne plus avoir le choix que de croire ce que cet homme me disait pour ma santé. Bref, j’ai cherché en Dieu une solution et par la prière, l’Esprit-Saint m’a aidée dans mes recherches et guidée. Je le crois de tout mon être.

En début janvier 2017, j’ai donc commencé une nouvelle façon de m’alimenter : la méthode Paléo AIP. Ce n’est pas facile à faire et cela demande de renoncer à beaucoup de choses qu’on aime. Comme les bons cappuccinos par exemple!

Mais par la persévérance et la détermination de m’en sortir et de retrouver une santé, une vie plus « normale », j’étais inébranlable dans mon choix.

Cette attitude que j’avais au plus profond de moi me venait de mon désir de ne pas me retrouver en fauteuil roulant, et bien sûr aussi, de diminuer ma douleur. Au-delà de ça, je crois que c’est l’Esprit de Dieu en moi qui me motivait et qui me donnait la force de continuer et de résister aux tentations de manger des aliments autres que ce qui est permis dans ma nouvelle méthode d’alimentation.

Manger Paléo AIP aide à réduire l’inflammation des douleurs chroniques et des maladies auto-immunes. Je ne vous cacherai pas que c’est difficile de manger de cette façon. Par contre, la qualité de vie que j’ai depuis que je m’alimente de cette façon fait que je n’ai plus de difficulté aujourd’hui. C’est maintenant un plaisir!

J’ai fait cela sous la surveillance de mon médecin, mais sans son consentement, car c’est de la médecine non traditionnelle. C’est triste parce que la médecine traditionnelle était prête à me laisser aller en fauteuil roulant quand elle savait que manger de cette façon pouvait m’aider, mais les médecins ne peuvent pas en parler. Les lois sont ainsi!

Donc, je remercie le Seigneur encore plus pour sa direction dans ma vie en ce qui concerne ma santé, mon alimentation et tout le changement incroyable que j’ai vécus cette année. Le 3 janvier 2018, je fêterai mon premier anniversaire de ma nouvelle façon de vivre et manger. Beaucoup de louanges et de gratitude à Dieu de m’avoir gardée et accordé cette grâce de persévérance.

Durant l’année 2017 avec la {persévérance}, mon corps a peu à peu retrouvé un équilibre. J’ai perdu 30 livres (beaucoup d’œdème dû a la médication), réduction de certains médicaments de plus de ¾ sous la surveillance du médecin, enlevé complètement d’autres médicaments et recommencé à faire plus d’activités physiques. C’est juste WOW!

Est-ce que ce fut une année facile?

NON! Par contre, je suis très heureuse des résultats et je crie ma joie à notre Dieu. Il connaissait déjà mon avenir et savait que l’année 2017 allait être une année difficile, mais une année de victoire dans l’espérance!

Et vous, mes lecteurs et lectrices, comment votre année s’est passée?

Je vous souhaite de passer un bon temps avec vos bien-aimés dans ce temps d’année où nous célébrons la naissance de notre Sauveur!

Je vous souhaite un beau Noël rempli de joie et de paix en Jésus-Christ.

Ann Leblanc Beaulieu

Publicités

Dépendant dans la souffrance!

Poster un commentaire

L’automne est à notre porte! L’érable devant chez moi commence à avoir des feuilles qui tournent au rouge; ce qui veut dire que les nuits sont plus fraiches et que l’été tire déjà à sa fin. Je ne sais pas si c’est la même chose pour vous, mais pour moi l’été semble filer plus vite à mesure que je prends de l’âge.

Cet été, j’ai tenté de m’occuper, et de faire des choses malgré un problème majeur avec mon épaule, problème qui est loin d’être résolu. Mais hélas, j’ai dû rester très tranquille et me reposer tout l’été; voilà pourquoi vous n’avez pas trop eu de mes nouvelles. J’ai une immense douleur à l’épaule gauche et je suis dans l’attente pour passer un IRM. Entre-temps, je suis incapable de faire quoi que ce soit. Écrire sur l’ordinateur n’est pas facile, car après quelques minutes la douleur s’élance dans mon bras! Donc, je suis très limitée dans mes mouvements.

Je garde courage malgré le fait que c’est depuis avril que je suis dans cette situation… mais je ne vous cacherai pas que j’ai hâte que mon téléphone sonne, car ne pouvoir rien faire avec les mains est difficile. Sans compter que pour l’instant, on ne peut rien me donner pour la douleur puisqu’on ne sait pas si c’est un ligament déchiré, un muscle déchiré ou une bursite.

La seule chose qui me donne du réconfort, à vrai dire, c’est de savoir que Dieu est au contrôle de cette situation et qu’il connaît mon avenir. Je me repose dans ses promesses et dans le fait qu’il n’abandonne jamais ses enfants. Tout a sa raison d’être!

Il y a longtemps, j’ai compris que notre Dieu n’est pas un Dieu bonbon. Il répond à nos prières; par contre, la souffrance fait partie de ma vie. En ce qui me concerne, il semblerait que c’est le chemin que Dieu a choisi pour moi, pour me sanctifier et me garder près de Lui, et pour que je puisse le glorifier dans mes souffrances.

Pourtant, j’allais tellement mieux depuis quelques mois, ayant changé mon alimentation; et puis tout-à-coup, un matin à mon réveil, je me retrouve avec ce mal insupportable, sans aucune explication! Il semblerait qu’on peut se blesser dans son sommeil. Une histoire à ne pas comprendre. La seule façon de voir un sens à ce que je vis actuellement est de me tourner vers Dieu et m’attache à sa Parole, qui dit ceci :

 

« Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. » Jérémie 29 -11

 

Je suis donc, depuis plusieurs mois, très dépendants de mon mari pour beaucoup de choses, car je fonctionne avec un seul bras et j’ai beaucoup de douleur ; pas facile. Ce qui m’amène à être dépendante encore plus de Dieu : Son œuvre dans ma vie ne cesse de se manifester, pour que je laisse le potier me façonner comme Il le veut, moi qui ne suis qu’un vase d’argile!

Malgré le fait que je souffre énormément depuis avril et que je suis dans l’attente de réponses, je garde ma joie et mon espérance, car Dieu me soutient dans cette épreuve, il me donne la force pour résister et ne pas sombrer dans le découragement. Par son Esprit, je peux le glorifier de me garder dans ses voies. Cela me ramène toujours à mon mot de l’année, {persévérance}. Dieu est fidèle à entendre nos prières, chers lecteurs et lectrices.

Dans son Amour,

Ann L. Beaulieu

 

 

Un enseignement par les hirondelles!

2 Commentaires

 

Un matin, alors que j’étais assise dehors dans ma balançoire prenant mon temps d’intimité avec mon Dieu, j’ai levé les yeux et j’aperçus l’hirondelle dans sa petite cabane d’oiseaux. À ce moment-là, il m’est tout de suite monté à l’esprit le verset dans Matthieu 6 : 26.
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèm­­ent pas, ils ne moissonnent pas, ils ne recueillent rien dans des granges, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?

Bon, je vous avoue ici que je m’y connais peu concernant l’oiseau et c’est par pure observation que je vous écris ceci. J’ai donc observé l’hirondelle de loin et comme vous voyez, j’ai pris ma caméra. Je trouve cela fascinant de voir que la femelle est assise dans la cabane et elle couvre ses œufs. De temps en autre, elle sort sa petite tête pour observer la situation. Mais attention, elle cherche aussi quelqu’un, je crois!  Elle cherche celui dont elle dépend totalement, sa tendre moitié. Il est celui qui prend la relève pour que madame puisse aller dégourdir ses petites pattes, manger et étirer ses ailes occasionnellement. Mais lorsque les œufs auront éclaté, elle sera totalement dépendante de lui. Il lui apportera la nourriture pour un temps à elle et les petits bébés. Même en ce moment, le mâle se perche sur la corde à linge et fait la garde continuellement de sa douce pour s’assurer que les prédateurs ne viennent pas! C’est tellement beau de voir comment Dieu, à travers la nature, nous enseigne. C’est un principe biblique.

Je reviens à mon verset. Voilà, j’ai relu ce texte et je me suis questionnée, à savoir pourquoi j’avais pensé à ce verset en voyant les oiseaux?

 

Pour répondre à la question, tout simplement parce que c’est vrai que Dieu prend soin de ses enfants puisque nous sommes précieux pour Lui. C’est une vérité biblique non contestable. Ce qui est discutable, c’est que ce n’est pas toujours de la façon que nous pensons ou aimons et de là, peut souvent découler notre mauvaise interprétation.

Deuxièmement, pour être franche, j’ai tellement entendu souvent ce verset dans le milieu chrétien que spontanément, il est monté dans mon cœur. Pas mal en soi, par contre, faut-il voir s’il a perdu son impact dans ma vie!

Quand je pense à l’hirondelle qui ne s’inquiète pas pour ce qu’elle va manger et qu’elle choisit de faire confiance à sa tendre moitié qui veille sur elle, quelle confiance! J’ai une grande leçon à retirer ici. Est-ce que je fais confiance à Dieu comme ça pour mes besoins de tous les jours? Ou est-ce que je choisis de m’inquiéter? Est-ce que je dépends de Dieu comme l’hirondelle dépend de sa tendre moitié pour ses besoins? Ou est-ce que je m’arrange moi-même et quand tout va mal, là je crie à l’aide.

Dépendre de Dieu pour TOUT dans ma vie, ce n’est pas acquis… Mon petit côté indépendant et pécheur a parfois de la difficulté à laisser à Dieu le contrôle. L’Esprit a encore du travail à faire dans ma vie!  Mais comme l’image de l’hirondelle de ce matin, je veux moi aussi apprendre à dépendre entièrement de mon Dieu le plus possible par la puissance de l’Esprit qui agit en moi. Ah, je sais bien qu’ici-bas, cela ne sera pas possible parfaitement, mais je veux tendre à cela, comme Dieu me le demande.
Mais comme il est écrit à la fin du chapitre 6 dans Matthieu au verset 34, je veux par la grâce de Dieu vivre de plus en plus ce principe biblique :

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.

 

 

P.S. : Si vous trouvez que la cabane d’oiseaux est vieille, c’est parce que c’est la cabane que mon fils a faite, elle a plus de 18 ans! Je garde mes vieilles reliques, des souvenirs précieux… hé hé

Ann L Beaulieu